Entrées en conversation

Les conversations sont l’élément central de la communication. Nous avons des conversations en permanence, du court échange avec le vendeur dans un magasin, aux bavardages sans fin avec nos amis par téléphone. Pour autant, avoir une conversation véritable avec un jeune enfant peut sembler proche de l’impossible. Les jeunes enfants peuvent ne dire que des mots isolés ou des phrases très rudimentaires. Une bonne façon de construire une conversation avec votre enfant est de “remanier”. Le remaniement consiste à élaborer sur ce que l’enfant dit. Par exemple si votre enfant dit “chien”, un remaniement pourrait être “Oui, c’est un chien !” ou encore “Oui, c’est un chien ! Quel bruit font les chiens ?”.

Vous pouvez faire des remaniements simples ou complexes. Dans un remaniement simple, vous élaborez juste un peu sur ce que l’enfant dit, comme en intégrant un mot que l’enfant a dit dans une phrase (“Oui, c’est un chien !”), ou alors en ajoutant une information (“Oui, c’est un gros chien !”). Mais vous pouvez aussi continuer à engager l’enfant dans une conversation avec un remaniement complexe. Par exemple en posant une question (“On dirait le chien de Mamie, tu es d’accord ?”). Vous pouvez donc voir les remaniements simple et complexe comme des conversations brève ou longue respectivement.

À travers le remaniements, vous pouvez engager vos enfants à faire la conversation avec vous, ce qui créé une solide fondation pour la communication verbale. En prime, votre enfant entendra plein de nouveaux mots et de constructions grammaticales !

Les sources scientifiques pour notre BD:

Baker, N. D., & Nelson, K. E. (1984). Recasting and related conversational techniques for triggering syntactic advances by young children. First Language, 5(13), 3-21.

Saxton, M. (2005). ‘Recast’ in a new light: insights for practice from typical language studies. Child Language Teaching and Therapy, 21(1), 23-38.

Nicholas, H., Lightbown, P. M., & Spada, N. (2001). Recasts as feedback to language learners. Language learning, 51(4), 719-758.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *