Quelles informations les nouveau-nés utilisent-ils pour apprendre le langage ?

Imaginez que vous êtes en train de zapper d’une chaîne à l’autre sur votre télé, et que vous tombez sur une chaîne dans une langue que vous ne connaissez pas. Il peut alors être très difficile de distinguer les mots ou d’en comprendre le sens. Cependant, vous pourriez percevoir une mélodie distincte. Vous pourriez remarquer qu’il s’agit d’une mélodie différente de celle de votre langue maternelle. Ou qu’à certains moments, le rythme change soudainement, comme si l’orateur posait une question. La mélodie d’une langue, tout comme l’intonation, l’accentuation et le rythme, est appelée “prosodie”.

À peine nés, les bébés prêtent déjà attention à la prosodie. Un nouveau-né peut distinguer différentes langues, par leurs différentes prosodies. Vous n’avez pas besoin de dire à un nouveau-né que “Let’s go to the park” est en Anglais mais que “Vamos para o parque” n’est pas de l’Anglais mais du Portugais. Il peut percevoir la différence de langue rien qu’en écoutant la prosodie.

La prosodie peut indiquer à un bébé bien plus que les différentes langues auxquelles les phrases appartiennent. Dans chaque langue, la prosodie change de manière régulière et prévisible, selon les mots, la grammaire et le sens. Par exemple, en Anglais, les mots de vocabulaire comme “dog”, “ball”, “spoon” (“chien“,”ballon“, “cuillère“), sont prononcés avec plus de force que les mots grammaticaux comme “the”, “a” (“le“, “un“). Même les bébés de quelques mois sont surpris si un mot grammatical comme “the” ou “a” est prononcé avec beaucoup de force ! La prosodie peut donner aux bébés des indices sur les catégories de mots, la structure des phrases, la fin et le début d’un mot, etc.

Rejoignez-nous dans quelques semaines pour découvrir comment la prosodie peut aider les enfants à apprendre le langage !

Les sources scientifiques de notre BD:

Abboub, N., Nazzi, T., & Gervain, J. (2016). Prosodic grouping at birth. Brain and Language, 162, 46–59.

Christophe, A., Millotte, S., Bernal, S., & Lidz, J. (2008). Bootstrapping lexical and syntactic acquisition. Language and Speech51(1-2), 61-75.

Gout, A., Christophe, A., & Morgan, J. L. (2004). Phonological phrase boundaries constrain lexical access II. Infant data. Journal of Memory and Language, 51(4), 548-567.

Johnson, E. K., & Jusczyk, P. W. (2001). Word segmentation by 8-month-olds: When speech cues count more than statistics. Journal of Memory and Language, 44(4), 548-567.

Mehler, J., Jusczyk, P., Lambertz, G., Halsted, N., Bertoncini, J., & Amiel-Tison, C. (1988). A precursor of language acquisition in young infants. Cognition29(2), 143-178.